Notre périple nous porte jusqu’à Page et au barrage qui a donné naissance au lac Powell. Dans la boutique de souvenirs, passage incontournable à l’issue de la visite délivrée par une adorable jeune guide américaine pour qui c’était une première, nous tombons en admiration devant des cartes postales de « slot canyon ».

Après quelques renseignements pris auprès du caissier, un gentil octogénaire comme on en voit souvent à ces postes, nous décidons de nous rendre à Antelope Canyon non loin de là.

Après quelques kilomètres sur les routes quasi désertes de ce petit bout d’Arizona, nous arrivons en suivant les flèches à une petite cabane en bois avec quelques indiens navajo à l’intérieur. Il y a deux tables de pique-nique devant la cabane, autant dire qu’on est loin du site hautement touristique! Tant mieux, c’est ce qu’on aime. Cela dit après avoir jeté un oeil alentour, tout est plat, aride, et… désert, où peut bien se cacher ce fameux canyon qui nous a tant séduit sur carte postable?

Nous prenons nos tickets (environ 15$ de mémoire par personne) et l’indien nous informe que nous prendrons le départ avec un groupe 20 minutes plus tard. Après cette petite attente sous un soleil de plomb et l’arrivée d’une dizaine d’autres touristes, nous voilà partis avec un jeune navajo silencieux qui nous emmène par derrière la cabane. Notre destination nous paraît toujours aussi mystérieuse car rien ne laisse augurer le moindre canyon dans ce coin paumé…

Mais une centaine de mètres plus loin, nous apercevons une fente dans le sol et un chemin étroit pour y descendre, effectivement c’était insoupçonnable de notre lieu d’attente… A l’entrée du chemin, une grande plaque en mémoire d’une trentaine de touristes est installée. On peut y lire que ce groupe a péri au fond du canyon lors d’une brutale montée des eaux, brr, ça fait froid dans le dos! Bon, comme on est des warriors de touristes (ahha!), on descend au fond avec courage:-)

Et la spectacles est saisissant, la roche est rouge pleine de reflets changeant lorsque le soleil est à son zénith, c’est le cas car nous sommes en plein milieu de journée. les rayons lumineux frappent les parois arrondies et douces de la roche polie par l’érosion de milliers d’années, nous sommes complètement sous le charme… Nous avançons en file indienne, c’est le cas de le dire dans ce couloir étroit au fond du canyon. L’appareil photo est évidemment en plein action, mais difficile de faire ressortir l’émotion ressentie dans une photo! Caresser ces murs, apercevoir un rayon de soleil attiré vers le sable sous nos pieds au tournant du chemin nous fait frissonner. Ce lieu est magique…

Au bout de ces instants suspendus, les méandres de notre parcours s’achèvent et nous devons remonter à la surface, l’enchantement est déjà terminé, l’appareil est plein de souvenirs, mais il faudra revenir, c’est sûr!

Antelope Canyon