L’été indien dans les forêts des Laurentides est un peu mythique de l’autre côté de l’Atlantique. Un voyage m’y a conduit à cette saison où les couleurs sont magnifiques, je n’avais pas encore 20 ans. Il s’agit là de mon premier voyage home-made! Evidemment, petit budget oblige, l’hébergement était en Auberge de jeunesse, les transports en car longue distance, à l’américaine, les repas majoritairement en pique nique.

foret quebec

Indice Odyssée

Pour autant cette expérience partagée avec une amie aussi fan des voyages que moi a été géniale. Dès l’organisation, le dépaysement commence, c’est l’avantage de le préparer soi-même, on voyage déjà avant même d’être parti… On plonge dans les guides, on navigue dans les sites de réservation de vol à la recherche de la meilleure affaire, on lit les sites des sites remarquables, on discute sur les forums etc. Le séjour commence déjà dans votre esprit de cette manière et dure bien plus longtemps! L’aspect à ne pas négliger (et vos proches aguerris vous le rappelleront) concerne la sécurité de votre voyage, entendez assurance, accès à l’argent liquide sur place etc… Evidemment il nous fallait prendre une assurance et vérifier tous nos contrats relatifs à notre carte bancaire internationale. Impossible de gâcher un séjour en omettant cette partie certes peu sexy mais qui peut s’avérer bien utile en cas de galère à des milliers de kilomètres de son home sweet home!

Le circuit défini nous emmènerait à Montréal pour commencer où une autre amie faisait ses études et elle nous ferait découvrir la ville, le Mont Royal, le vieux Centre, la poutine (euh… inutile de s’attarder sur cette spécialité culinaire contournable;-)). Puis direction Québec par un long voyage en car traversant les fameuses forêts d’érables au feuillage multicolore. Puis, la croisière sur le Saint Laurent, le château de Frontenac, la statue de Jacques Cartier, le tout baigné dans la musicalité de cet accent si sympathique et du vocabulaire local qui nous a beaucoup plu : « pointes de pizza », panneau « arrêt » (et non stop!), le dépanneur (et non l’épicerie du coin)…

Mais, car il y a souvent un goût d’inachevé dans chaque voyage, nous n’aurons pas le temps de pousser jusqu’au bord de mer pour aller admirer les baleines, il faudrait y retourner une autre fois. La suite du séjour étant prévue côte est américaine : autocar jusqu’à Philadelphie (Philly pour les autochtones) puis 48h à New York = mythique fin de séjour…

Ces 2 semaines ont bien sûr été inoubliables, riches de rencontres, de débrouillardise, d’improvisation (malgré la préparation), et de surprises! Après cela il fut très facile de partir y étudier un semestre…

Photo: Source